Paramètres avancés Enrouler ▲

Plus tôt dans l’olympiade, le Japonais Kei Saito, engagé sur le short-track, avait été contrôlé positif à l’acétalozamide, un produit considéré comme masquant.

JO d’hiver 2018 : petites et grandes histoires de Pyeongchang, sur lemonde.fr le 25 février 2018.

Pour Kei Saito, le produit incriminé est de l’acétalozamide, un produit diurétique considéré comme masquant, retrouvé lors d’un test hors compétition.

Aux JO de Pyeongchang, un joueur de curling russe dopé au meldonium, sur la-croix.com le 20 février 2018.

Kei Saito a été testé positif à l’acétalozamide, un produit diurétique considéré comme masquant, durant un test hors compétition, avait annoncé le TAS mardi dernier.

JO-2018: le cas de dopage du Russe «extrêmement décevant» s’il est avéré dit le CIO, sur liberation.fr le 19 février 2018.

Il s’agit du deuxième cas de dopage enregistré lors de ces JO après le patineur de vitesse japonais Kei Saito, spécialiste du short-track, testé positif à l’acétalozamide, un produit diurétique considéré comme masquant, durant un test hors compétition, avait annoncé le TAS mardi.

JO 2018 : la réintégration de la Russie en péril après le contrôle positif d’un curleur, sur lemonde.fr le 19 février 2018.

Kei Saito a été testé positif à l’acétalozamide, un produit diurétique considéré comme masquant, durant un test hors compétition, avait annoncé le TAS mardi, ajoutant que le sportif avait accepté d’être «provisoirement suspendu» et avait quitté le village olympique.

JO-2018: les JO rattrappés par le dopage, un Russe impliqué, sur liberation.fr le 18 février 2018.

Kei Saito a été testé positif à l’acétalozamide, un produit diurétique considéré comme masquant, durant un test hors compétition, avait précisé le TAS, ajoutant que le sportif avait accepté d’être «provisoirement suspendu» et avait quitté le village olympique.

JO-2018: un sportif russe impliqué dans un cas de dopage au meldonium , sur liberation.fr le 18 février 2018.

Kei Saito a été testé positif à l’acétalozamide, un produit diurétique considéré comme masquant, durant un test hors compétition, avait précisé le TAS, ajoutant que le sportif avait accepté d’être « provisoirement suspendu » et avait quitté le village olympique.

Jeux olympiques: un sportif russe impliqué dans un cas de dopage au meldonium, sur journaldequebec.com le 18 février 2018.

Les deux échantillons A et B ont été analysés et "les deux sont positifs", a-t-il confirmé.Le produit incriminé est un diurétique, l’acétalozamide, considéré comme masquant et de ce fait inscrit sur la liste des substances interdites.

JO d’hiver 2018 : un premier cas de dopage, sur sudouest.fr le 13 février 2018.

« Kei Saito a été testé positif à l’acétalozamide, un produit diurétique considéré comme masquant, durant un test hors compétition », précise le TAS qui signale que le sportif a accepté d’être « provisoirement suspendu » et a quitté le village olympique.

Premier cas de dopage des JO : le Japonais Kei Saito « provisoirement suspendu », sur lemonde.fr le 13 février 2018.

Le produit incriminé est un diurétique, l’acétalozamide, considéré comme masquant et de ce fait inscrit sur la liste des substances interdites.

JO-2018: un Japonais dopé, mauvaise publicité pour Tokyo-2020, sur liberation.fr le 13 février 2018.

10 exemples