Paramètres avancés Enrouler ▲

Il y serait question d’agalmatophilie, cette attirance sexuelle pour les statues, et donc du mythe de Pygmalion, on y aborderait (avec des gants) la nécrophilie, mais aussi les poupées gonflables et les modernes sexdolls – et sans doute y aurait-il mille et un renvois aux chapitres sur le viol et les violences conjugales.

Le feuilleton. Le sommeil léger de la violence, sur lemonde.fr le 01 mars 2018.

Songer à coïter à la vue d’une statue, dans un musée, un jardin public ou dans la rue, si cette drôle d’idée vous a déjà traversé l’esprit alors vous êtes peut-être atteint de cette curieuse manie que l’on nomme l’agalmatophilie.

L’agalmatophilie, le vice des peloteurs de statues, sur savoirsdhistoire.wordpress.com le 20 février 2018.

Cette manie d’aller peloter de pauvres statues sans défense dans un but de jouissance est connue sous le nom d’agalmatophilie, du grec « agalma » (statue, image) et « philia » (amour), qui signifie l’amour des statues.

L’agalmatophilie, le vice des peloteurs de statues, sur savoirsdhistoire.wordpress.com le 20 février 2018.

Si l’idée peut prêter à sourire, vous allez voir que l’agalmatophilie est pourtant un sujet on ne peut plus sérieux.

L’agalmatophilie, le vice des peloteurs de statues, sur savoirsdhistoire.wordpress.com le 20 février 2018.

Morale de l’histoire : l’agalmatophilie est une pratique dangereuse pour la santé (mentale).

L’agalmatophilie, le vice des peloteurs de statues, sur savoirsdhistoire.wordpress.com le 20 février 2018.

Mais il faudra attendre le XIXe siècle, et notamment les travaux des médecins Heinrich Kaan, Krafft-Ebing et Moreau de Tours pour que ces étranges obsessions commencent à intéresser le milieu médical et que l’on se penche avec sérieux sur l’étude des cas d’agalmatophilie.

L’agalmatophilie, le vice des peloteurs de statues, sur savoirsdhistoire.wordpress.com le 20 février 2018.

6 exemples