Paramètres avancés Enrouler ▲

Avant de fonder Siatol en 2013, cet agroéconomiste de 42 ans, diplômé de l’Institut du développement rural de l’université de Ouagadougou en 2003, a rejoint, en 2004, le programme de structuration des microfilières agricoles, piloté par le Centre international de développement et de recherche (CIDR).

Burkina Faso : Siatol veut devenir le roi du soja , sur jeuneafrique.com le 09 mai 2018.

Si tel est le cas, ce serait une opération tactique de maître », souligne l’agroéconomiste Jean-Marie Séronie.

Alimentation, un amendement pour régler la guerre des prix, sur la-croix.com le 30 avril 2018.

Dans un marché de commodité, on est à la merci du prix de commodité qui n'est pas déterminé au Québec, et là clairement, les années nous ont montré que c'était plus difficile.Maurice Doyon, agroéconomiste et professeur à l'Université Laval

Produire 50 % plus de bœuf au Québec, c'est réaliste?, sur ici.radio-canada.ca le 01 mars 2018.

« Si l’on regarde sur le long terme, en trente ans, la production a augmenté de 30 % quand les coûts ont été divisés par 60 %, ce qui a permis de fournir une alimentation abondante et de qualité à des prix accessibles pour les consommateurs français, tout en faisant rentrer des devises », résume l’agroéconomiste Jean-Marie Séronie.

En agriculture, la qualité paie, sur la-croix.com le 19 février 2018.

Par Guy Durand, agroéconomiste, Bernard Jouan et Claude Cheverry, ingénieurs agronomes, au nom du collectif bretillien « Vigilance Solidarités 35 ».

POINT DE VUE. L'Afrique peut nourrir sa population si..., sur ouest-france.fr le 05 décembre 2017.

« L’abandon de tout pesticide, au-delà du seul glyphosate, aboutirait à une hausse de 15 % du prix des aliments pour le consommateur », indique Harold Levrel, agroéconomiste de l’environnement et professeur à AgroParisTech.

Plusieurs alternatives pour remplacer le glyphosate, sur la-croix.com le 09 novembre 2017.

« Il faudrait changer ce système archaïque de fixation des prix pour changer la donne », note l’agroéconomiste Jean-Marie Séronie.

Pourquoi la France ne connaît pas vraiment une « pénurie » de beurre, sur lemonde.fr le 25 octobre 2017.

« Ce léger décalage est un terreau fertile pour une hausse des prix », souligne Jean-Marie Séronie, agroéconomiste.

Pourquoi la France ne connaît pas vraiment une « pénurie » de beurre, sur lemonde.fr le 25 octobre 2017.

«Nous devons accepter de payer plus cher notre nourriture, tranche l’agroéconomiste Bruno Parmentier.

Glyphosate : une interdiction, combien ça coûte ?, sur liberation.fr le 24 octobre 2017.

« Il est relativement facile d’augmenter la part des consommateurs intermittents de produits bio, mais passer à 100 %, ou même à 80 %, d’alimentation bio est un pas gigantesque, car cela oblige à remettre en question toute sa façon d’acheter et de manger », estime l’agroéconomiste Bruno Parmentier.

Le bio peut-il vraiment nourrir la France ?, sur la-croix.com le 20 octobre 2017.

14 exemples