Paramètres avancés Enrouler ▲

Naomi Musenga est décédée d’une décompensation multiviscérale après un appel mal géré par une permanencière auxiliaire de régulation médicale du SAMU de Strasbourg.

L’affaire Naomi Musenga : la rupture de bienveillance !, sur la-croix.com le 17 mai 2018.

Naomi Musenga est morte le 29 décembre d’un syndrome de défaillance multiviscérale (SDMV) sur choc hémorragique à l’hôpital de Strasbourg.

Opératrice du SAMU : que la plus coupable de nous…, sur vududroit.com le 15 mai 2018.

Naomi Musenga, 22 ans, est décédée en décembre 2017, des suites d'une "défaillance multiviscérale sur choc hémorragique".

SAMU, SOS médecins... Qui appeler en cas d'urgence?, sur lexpress.fr le 10 mai 2018.

«Défaillance multiviscérale sur choc hémorragique.» Autrement dit, plusieurs organes ont cessé de fonctionner.

Samu de Strasbourg : enquête sur une mortelle indifférence, sur liberation.fr le 09 mai 2018.

D'après Le Monde, qui a pu consulté le rapport d'autopsie, Naomi a succombé des suites d'une "défaillance multiviscérale sur choc hémorragique".

Mort de Naomi, moquée par le Samu : Buzyn demande une enquête, sur lexpress.fr le 09 mai 2018.

Emmenée à l'hôpital, elle est victime d'un infarctus, avant d'être transférée en réanimation puis de décéder à 17H30 d'une défaillance multiviscérale.

Ce que l'on sait du décès d'une femme de 22 ans que le Samu a refusé de prendre en charge, sur sciencesetavenir.fr le 09 mai 2018.

La jeune femme décéde quelques heures plus tard d'une défaillance multiviscérale faute d'avoir été soignée à temps.

Ce que l'on sait du décès d'une femme de 22 ans que le Samu a refusé de prendre en charge, sur sciencesetavenir.fr le 09 mai 2018.

Selon le journal Le Monde qui cite le rapport d’autopsie, Naomi Musenga a succombé des suites d’une «défaillance multiviscérale sur choc hémorragique».

Enquêtes et indignation après le décès d’une femme moquée par le Samu de Strasbourg, sur liberation.fr le 09 mai 2018.

Le rapport autopsie que le journal Le Monde s’est procuré, montre que Naomi est morte des suites d’une « défaillance multiviscérale sur choc hémorragique ».

🇫🇷 Avant de décéder, Naomi avait prévenu le SAMU au téléphone qu’elle allait mourir, mais il ne s’est pas déplacé., sur actu17.fr le 09 mai 2018.

Selon Le Monde, qui cite le rapport d’autopsie, sa mort est due à une "défaillance multiviscérale sur choc hémorragique", plusieurs de ses organes s’étant arrêtés de fonctionner.

Moquée par le SAMU, Naomi "avait le droit d’être secourue", estime sa famille, sur sudouest.fr le 09 mai 2018.

20 exemples